BebeCalin.mu

De 3 à 7 ans

L’anorexie chez les enfants



L’anorexie est une maladie du comportement alimentaire qui débute le plus souvent chez la jeune adolescente, mais qui peut aussi commencer avant, chez la jeune enfant, ou aussi chez un garçon. Typiquement, c’est le moment où l’enfant, où l’adolescent, utilise la nourriture comme moyen de contrôle de sa vie. Les symptômes énonciateurs sont un amaigrissement rapide, un refus de s’alimenter ou une alimentation considérablement réduite. Parfois les parents ne s’en aperçoivent pas, car l’enfant peut même se faire vomir après avoir consommé un repas, en cachette.

L’anorexie peut être fatale, car la sous alimentation implique des carences multiples et un « shut down » de l’organisme plus ou moins sévère. Chez l’enfant qui grandit, et qui a besoin d’un éventail de macro et de micro nutriments (les macronutriments sont les grands groupes d’aliments glucides, lipides et protéines ; les micronutriments regroupent les minéraux, les fibres, les antioxydants, les acides gras, les vitamines) pour se développer normalement et pour que son organisme fonctionne bien.

Par exemple, on construit son capital osseux jusqu’à 22 ans : hors l’anorexie peut entraîner une carence sévère en calcium, en manganèse, en magnésium et en vitamine D3, ce qui entraînerait une densité osseuse faible et des risques accrus en ostéoporose, une maladie chronique qui arrive classiquement après la cinquantaine, ou des dents fragiles.

L’anorexie est aussi un danger pour le système digestif : la constipation, puisqu’il y a un manque de fibres dans l’alimentation, est souvent présente. Les intestins deviennent alors paresseux et le transit reste souvent difficile pendant la récupération. Les secrétions gastriques peuvent agresser les parois de l’estomac, provoquant gastrites et ulcères. D’autres organes sont aussi évidemment mis en danger : le système hormonal est déséquilibré, ce qui explique l’arrêt des règles chez les filles anorexiques.

L’anorexique est déjà en dépression. Le fait de ne plus manger, ou de beaucoup moins manger, empire cet état : les carences en acides gras essentiels, en potassium, en vitamines B, en magnésium et en glucose par exemple entraînent un déséquilibre du cerveau. L’enfant peut souffrir d’hypoglycémie, qui comporte des symptômes similaires à celui d’une dépression.

Les anorexiques qui se font vomir parce qu’ils perçoivent qu’ils ont trop mangé ont des risques réels de caries et de problèmes à l’œsophage à cause des secrétions gastriques qui viennent attaquer les dents et continuellement irriter l’œsophage.

Cette maladie doit être prise au sérieux et l’enfant qui en souffre a besoin d’être pris en charge médicalement et psychologiquement dès que possible. La rééducation du système digestif est souvent essentielle et un régime alimentaire particulier pendant les mois qui suivent est obligatoire. Il faut aussi que l’enfant soit en confiance, que manger pour lui ne soit pas synonyme de grossir ; il doit recevoir des aliments de haute qualité pour retrouver son capital santé.

Diane Desmarais N.C.

Certified Nutritionist &

Holistic Health Practitionner (UK & USA)

Specialist in Pregnancy & Children Nutrition (AUS)

Personal Fitness Trainer (UK)

Ph : 756 6264








*

Publier un commentaire sur mon profil Facebook


* champs obligatoires