BebeCalin.mu

De 0 à 6 mois

La montée de lait



La décision d’allaiter son enfant est accompagnée de plusieurs questions et surtout de peurs. Tant de questions qui vous trottent dans l’esprit et les différentes réactions des autres mamans n’arrangent certainement pas les choses ! Voici quelques clarifications…

Dès l’accouchement, ce processus d’allaitement naturel se met en marche de manière intense, par réflexe. La montée de lait est possible grâce à deux hormones produites par une glande maîtresse sous le cerveau : l’hypophyse.

La stimulation de votre mamelon par la succion de votre bébé déclenche la sécrétion de ces deux hormones :

La prolactine commande la production de lait de la glande mammaire L’ocytocine commande l’éjection de lait à travers le mamelon

En tétant le mamelon, il induit une production et une décharge de prolactine qui stimule la fabrication de lait par la glande mammaire. Il est recommandé de mettre votre bébé au sein le plus tôt possible, car votre bébé a, durant les premières heures de sa vie, un réflexe de succion très fort dont l’intensité va décroître pendant 24-36 heures pour ensuite reprendre toute son efficacité.

Les trois premiers jours, vous produisez du colostrum, il s’agit d’un liquide jaune, épais produit et petite quantité. C’est une substance très riche en protéines et en anticorps qui vont favoriser l’enfant et sa résistance aux infections.

Avant la montée de lait proprement dite, bébé n’a rien pour se nourrir.

C’est bien évidemment faux ! Le liquide produit par les seins lors de la fin de grossesse et avant l’arrivée de la montée de lait est le colostrum.

Ce liquide jaune et épais est extrêmement riche en nutriments, protides, lipides, vitamines et en anticorps qui seront à même d’aider bébé à lutter contre les infections.

Le colostrum contient également du lactobacillus bifidus, qui aide au développement de la flore intestinale et à l’expulsion des premières selles du bébé. Il sera présent jusqu’à la montée de lait.

Après une césarienne, pas de montée de lait.

Faux, après une césarienne, il n’y a pas d’inquiétude à avoir, la montée de lait se fait exactement comme lors d’un accouchement naturel et la mise en place de l’allaitement n’est pas retardée.

Je ne sentirai pas forcement ma montée de lait.

La montée de lait, c’est douloureux. Il y a donc fort à parier pour que vous vous rendiez compte des changements qui se mettent en place.

Les symptômes de la montée de lait : vos seins gonflent et deviennent lourds, chauds, tendus, durs et très sensibles. Cette sensation est habituellement assez désagréable. Le gonflement s’étend parfois jusque sous l’aisselle.

Lors de la montée de lait, vous pouvez avoir aussi une poussée de fièvre...mais n’ayez crainte, tous ces désagréments sont temporaires et bientôt il n’y paraîtra plus.

Lorsque vous sentez que la montée de lait est enclenchée, mettez le bébé au sein dès que vous ressentez ces phénomènes et le plus souvent possible. Plus il tètera, mieux se fera le début de l’allaitement.

Il y a du matériel qui me sera utile pendant la montée de lait

C’est principalement le tire-lait qui sera votre allié car il vous permettra de « vider » vos seins de l’excès de lait. Si bébé s’est endormi sur le premier sein et que le second vous fait souffrir, n’hésitez pas à utiliser le tire-lait afin d’éviter un engorgement. Le tire lait vous permettra, dans un premier temps de réguler votre montée de lait en fonction des tétés de bébé.

Il n’existe aucun moyen de se soulager lors de la montée de lait.

Faux. Heureusement, il y a des moyens de soulager la douleur et l’inconfort de la montée de lait.

Une fois que bébé a bu :

Prenez une douche chaude en massant délicatement vos seins : le surplus de lait sortira et cela vous soulagera.

Donnez le sein aussi souvent que possible afin d’éviter l’engorgement.

Comment favoriser l’allaitement ?

  • Il est très important de mettre bébé au sein le plus tôt possible après la naissance. La tétée stimulera la fabrication de lait. N’hésitez pas à allaiter bébé le plus souvent possible, même jusqu’à huit à douze tétées courtes par jour
  • Avant d’allaiter bébé, il faut s’assurer d’être confortablement installée. On ne se laisse pas déranger par le téléphone, ni par les visites. Assurez-vous que bébé est dans une bonne position et qu’il prend bien le sein. Etre zen est une condition majeure pour avoir de bonnes montées de lait.
  • Buvons beaucoup de liquide : du lait, de l’eau ou des tisanes. Evitons le café ou le thé et bien évidemment l’alcool, car tout passe dans notre lait. A chaque fois que nous allaitons ou dès que nous avons la bouche sèche, il faut boire un grand verre d’eau. Complément indispensable d’une bonne hydratation quotidienne : une alimentation équilibrée et diversifiée.
  • Le stress et la fatigue sont l’ennemi de l’allaitement. Une raison supplémentaire pour se reposer le plus souvent possible. Restons détendues et patientes et laissons les choses se faire à leur rythme.
  • Proposons à bébé les deux seins à chaque tétée : ainsi, tous deux seront stimulés. Si notre production est insuffisante, alternons plusieurs fois au cours d’une même tétée.







*

Publier un commentaire sur mon profil Facebook


* champs obligatoires