BebeCalin.mu

De 0 à 6 mois

La surdité des bébés

4 mars 2011, par BébéCâlin


L’Organisation Mondiale de la Santé définit « l’enfant hypo acoustique comme celui dont l’acuité auditive est insuffisante pour lui permettre d’apprendre sa propre langue, de participer aux activités normales de son âge et de suivre avec profit l’enseignement scolaire général ». A Maurice, si à la naissance d’un bébé, on suspecte une déficience auditive, il subira toute une batterie de tests permettant de confirmer s’il entend ou pas, sans pour autant préciser le degré de surdité. Ainsi, une légère surdité ne sera pas dépistée. Tous ces tests existent à l’hôpital ENT de Vacoas.
On distingue différents types de déficience auditive, selon la partie de l’oreille affectée.

  • La déficience auditive de transmission. Le problème se situe au niveau de l’oreille externe ou moyenne. La pathologie du tympan, des osselets et de la trompe d’Eustache en sont les principales causes. Les autres sont une otite aigue ou encore le « glue ear » - le catarrhe tubaire provoque une diminution de l’aération de la caisse du tympan. Un liquide plus ou moins visqueux qui ressemble à de la colle apparaît alors dans la caisse.
    La déficience auditive de transmission est souvent curable médicalement ou chirurgicalement et est facilement appareillable.
  • La déficience auditive neurosensorielle ou surdité de perception. L’origine du problème se situe au niveau de l’oreille interne - la cochlée qui est l’organe de l’audition, ou parfois du nerf auditif. Elle est en générale permanente et nécessite une rééducation au moyen d’une prothèse auditive par exemple. Les causes sont variables : hérédité, lésion au cerveau ou des nerfs auditifs et une surdité associée à d’autres malformations, notamment.
  • La déficience auditive mixte. Il s’agit d’une combinaison des deux surdités précédentes.

Questions au Dr Serge Maurice, spécialiste des maladies ORL, à la clinique Mauricienne, à Réduit

1. Quelles sont les causes de surdité chez un bébé ?
Plusieurs facteurs peuvent expliquer la surdité chez un bébé. Le foetus peut être affecté alors même qu’il est dans le ventre de sa mère. Une infection virale (rubéole congénitale, varicelle, oreillons, rougeole, hépatite virale, ou même une grippe virale, etc.) au cours des trois premiers mois de la grossesse peut causer une surdité. La toxoplasmose peut également en être une cause. Il y a également le facteur héréditaire. Il se peut que les familles ne sachent pas qu’elles sont porteuses du gène car personne n’est atteint de surdité dans la parenté immédiate. La surdité peut aussi être associée à d’autres malformations, liées à des maladies héréditaires rares. L’utilisation inappropriée de certains médicaments pendant la grossesse peut provoquer la surdité.
A la naissance, la prématurité peut être un facteur comme toutes situations privant le nouveau-né d’oxygène pendant l’accouchement. La jaunisse, comme les méningites (bactériennes ou virales), les encéphalites et les oreillons, peut par ailleurs endommager l’appareil auditif chez un nouveau-né.
Cela dit, il faut également avouer que dans certains cas, on ne retrouve aucun élément ayant pu provoquer une surdité. Et malheureusement, on ne peut rien faire pour prévenir la surdité pendant la grossesse.
Par ailleurs, avoir un enfant sourd ne signifie pas que tous ses enfants souffriront de surdité.

2. Comment la surdité affecte-t-elle l’évolution d’un enfant sur le long terme ?
Il est impératif de stimuler l’oreille le plus tôt possible, soit avant 3 ans, chez tout enfant qui naît sourd. L’aire de Wernicke et l’aire de Broca sont les deux zones du cerveau responsables de la communication et du traitement du langage. Si ces deux zones ne sont pas stimulées à temps, ces deux zones s’atrophient et l’enfant, en plus d’être sourd, finit irréversiblement par devenir muet. Il est donc fondamental de détecter la surdité le plus tôt possible afin de donner toutes les chances à l’enfant de pouvoir parler et communiquer un jour. Sinon, en grandissant, il risque de se couper du monde.

3. Comment détecter si son bébé souffre d’une déficience auditive ?
Généralement, le dépistage se fait à la naissance. Lorsqu’il vient au monde, le médecin doit soumettre le nourrisson à un test néonatal pour voir s’il réagit au bruit. Si toutefois, ce premier dépistage n’a rien révélé, les parents peuvent effectuer un petit test de routine. Ils peuvent par exemple, claquer dans les mains pour guetter si le bébé réagit. Bien qu’il ne puisse pas encore tourner la tête, il peut quand même ouvrir grand les yeux, sursauter, avoir une réaction quelconque. Certains parents se félicitent, à tort, que leur nouveau-né est docile et calme, ne pleure jamais et ne crie jamais. Il leur faut tout de même « faire du bruit » pour voir si l’enfant entend et réagit.

4. A quel âge la pose de prothèse auditive est-elle recommandée ?

Le plus tôt est le mieux. La pose de prothèse auditive peut se faire avant un an, et impérativement avant 4 ans, (atrophie des aires de Wernicke et de Broca oblige !). La démutisation est essentielle et n’est pas chose facile, demandant surtout beaucoup d’attention et d’amour, mais il faut essayer de permettre aux enfants sourds d’intégrer une école normale. Cette intégration est recherchée afin d’éviter que l’enfant ne se trouve marginalisé.

Les signes qui doivent alerter entre 0 et 6 mois :

  • Le nourrisson ne réagit pas aux bruits et à la voix
  • Un sommeil trop profond et calme
  • Entre 2 et 4 mois, l’enfant gazouille même s’il est sourd. Entre 3 et 4 mois, l’enfant reconnaît des sons communs : appel, bruit de pas, etc. De 5 à 6 mois, le gazouillis, influencé par le dialogue se développe. Ainsi, la perte progressive du babil après 6 mois devrait attirer l’attention des parents. Un enfant qui n’entend pas cesse de babiller.







*

Publier un commentaire sur mon profil Facebook


* champs obligatoires